ORIT@
Bulletin électronique mensuel d'information sur l'évolution des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) au Bénin

Numéro 29, juillet 2002

CONTENU
---------------

EDITORIAL : Tiers-monde, poubelle mondiale pour les ordinateurs usagés

ACTUALITES :

- Application de la TVA aux communications : la LDCB s'insurge contre
- Atelier sur les nouvelles évolutions dans les technologies de la formation
-Augmentation du prix des communications téléphoniques
- TICAD : Vers la mise en place d'un centre électronique d'informations commerciales entre l'Afrique et l'Asie.
- Nouveaux tarifs et services internet à l'OPT


FOCUS : Atelier TICAD de Cotonou : quelles politiques et stratégies des NTIC entre l'Afrique et l'Asie ?

TRUCS ET ASTUCES : Contrôlez un PC à distance

AFRIQUE :
- Les pays africains les plus " branchés " aux NTIC
- Concours Internet au Sud 2002


EDITORIAL : Tiers-monde, poubelle mondiale pour les ordinateurs usagés

Chers amis lecteurs,

Sous couvert d'actions caritatives, plusieurs institutions et organisations non gouvernementales se sont spécialisées dans les dons d'ordinateurs usagés aux pays pauvres. L'idée n'est fondamentalement pas mauvaise, quand on sait qu'un PC considéré comme obsolète à New York, Paris ou Tokyo peut encore tout à fait servir dans les écoles ou les cybercentres florissant un peu partout dans les pays du tiers monde, notamment en Afrique et en Asie.
Un problème se pose, cependant, puisque les micros ordinateurs et les moniteurs contiennent énormément de produits polluants, dont certains, tels l'arsenic, sont connus pour leurs propriétés cancérigènes. Plusieurs organisations écologistes s'inquiètent de ce fait de voir des ordinateurs très proches de l'obsolescence totale, envoyés en grand nombre vers les pays du sud. Et qui plus est, il semblerait que pour certaines entreprises américaines et européennes, ces exportations sont effectuées dans le but d'échapper au coût résultant du recyclage écologique (entre 10 et 30 dollars par appareil aux Etats-Unis). Cette entreprise est également faciliter par l'exonération des taxes douanières depuis quelques années sur les matériels informatiques.
Nous ne saurions condanner ou rejeter l'idée de transfert de PC et/ou autres matériels informatiques des pays riches vers les pays pauvres. Car la preuve est là que nombre de nos écoles ne se sont pas encore dotés même d'un seul ordinateur ; et la question de la sensibilisation des masses populaires à l'appropriation des TIC passe également par la capacité de doter nos populations des outils minimum.
Cependant, il est impérieux que les matériels offerts pour favoriser cette appropriation sociale des TIC soient triés par des intermédiaires afin d'exporter exclusivement les éléments ayant encore une durée de vie suffisante. Car la défaillance d'un ordinateur, d'une souris et autre peut également contribuer pour beaucoup à décourager les personnes qui payent déjà suffisamment cher pour se mettre au pas de l'évolution technologique.
D'autre part, il devient urgent de prendre des mesures adaptées contre la destruction anarchique des machines devenues (très tôt !) inutilisables. Car, en plus de constituer un obstacle en matière d'usages sociaux des TIC, il est à noter la pollution déjà engendrée par de vieux micros ordinateurs, provenant des pays du nord dans certains cours d'eau en Asie et en Afrique.


Bonne lecture
Roméo Gbaguidi



ACTUALITES

- Application de la TVA aux communications : la LDCB s'insurge contre

Suite à l'insistance de la Direction générale des Impôts quant à une application de la TVA aux communications, l'OPT est passé à l'acte dès le 1er juin, sans attendre que les conditions d'applicabilités soient clairement définies. C'est ainsi qu'une taxe, majorant de plus de 10% les tarifs en vigueur, a été perçue sur des cartes téléphoniques à 7.500 FCFA (les plus chères). Ce qui a engendré une augmentation du prix de la communication téléphonique au niveau des cabines publiques à cartes ! Or, dans les textes, les communications inférieures à 10.000 FCFA ne sont pas assujetties à la TVA. En outre, la Ligue pour la Défense des Consommateurs a rappelé que les tarifs appliqués au Bénin comptent parmi les plus élevés de la sous-région ouest-africaine. En conséquence, il serait suicidaire d'aller à la privatisation des télécoms au Bénin avec ces prix prohibitifs. Le directeur général de l'OPT a tout de même annoncé que des possibilités de révision à la baisse des tarifs des communications téléphoniques seraient envisagées dans un bref délai. La TVA sur les communications téléphoniques a, quant à elle, été suspendue, et la LDCB exige que la taxe injustement payée par les consommateurs concernés leur soit remboursée si ces derniers en présentaient la preuve.
Source : La Nation du 13 juin 2002


- Atelier sur les nouvelles évolutions dans les technologies de la formation

Organisé par le Centre International de Formation de l'OIT (Organisation Internationale du Travail), l'atelier sur les nouvelles évolutions dans les technologies de la formation s'est tenu du 17 au 28 juin 2002 dans les locaux du Centre d'Education à Distance de Cotonou.
Pendant deux semaines les participants à l'atelier ont eu à échanger des expériences et à bénéficier des compétences et acquis de plusieurs institutions et personnes ressources à travers des communications et exercices pratiques. Au nombre des thèmes ayant fait l'objet de communications-débats nous pouvons citer : " Le développement de l'internet et des Technologies de l'information en Afrique " présenté par M. Thierry Amoussougbo du SDNP/PNUD, " les projets de développement, la formation et les TIC en Afrique " développé par M. Constant Kénoukon de ORIDEV et " définir des compétences pour produire des médias et des environnements de formation " par M. Claude Martin de l'OIT.
Les participants ont également eu à acquérir des connaissances sur la conception d'un site web, d'une application multimédia interactive et sur les logiciels libres dédiés à la formation. Il est à noter que ces différents programmes ont été exécutés soit en activité de groupe soit en exercice individuel.
Pour plus d'information :
M. Claude Martin : c.martin@itcilo.it
http://www.itcilo.it


- Augmentation du prix des communications téléphoniques

Il est incontestable que les problèmes de communication sont des obstacles majeurs au développement économique et social des pays considérés comme les moins avancés. D'autre part, les liaisons téléphoniques restent un moyen pour de nombreuses localités et groupes sociaux de disposer d'informations utiles à leurs activités et à leur vie communautaire ou familiale. Pourquoi, dès lors, n'existe t'il pas, dans le domaine de la communication, une politique de prix qui soit en adéquation avec la bourse du béninois moyen?
Mais voilà qu'aujourd'hui déjà l'on assiste à une flambée des prix des communications téléphoniques. Devant ce phénomène, la nécessité d'une défense accrue du droit des consommateurs, et des utilisateurs du service public en particulier, est plus que jamais d'actualité.


- Nouveaux tarifs et services internet à l'OPT

Depuis quelques temps, l'OPT a publié ses nouveaux tarifs internet. Un certain nombre d'observations peuvent être faites. Les tarifs de l'enregistrement de site sous le nom de domaine national " .bj " sont publiés ; l'opérateur se lance dans l'hébergement de sites web et dans l'enregistrement de domaines, ce qu'elle ne faisait pas auparavant ; divers services tels la suspension provisoire de courrier électronique, le renvoi de courrier électronique (durée maximum un mois !), l'hébergement de DNS primaires et secondaires, les listes de diffusion sont offerts et l'on peut y souscrire indépendamment de toute autre service. Si on peut apprécier, entre autres, le fait que le coût de l'abonnement par modem RTC classique ait légèrement diminué (il devient 8 052 F CFA par mois), on déplore le celui trop élevé de l'enregistrement de domaine sous " .bj " : 60 000 F CFA par mois !! Ailleurs, en Afrique ou en Occident, l'offre de ce service (susceptible d'accroître la présence du pays sur le net) est gratuit, ou coûte 4 fois moins cher ! Nous y reviendrons.

Plus d'informations sur ces nouveaux tarifs sur http://www.opt.bj/tarifs.htm


- TICAD : Vers la mise en place au Bénin d'un centre électronique d'informations commerciales entre l'Afrique et l'Asie

Du 9 au 12 juillet 2002 s'est tenu au Centre International de Cotonou l'atelier Afrique-Asie sur les politiques et stratégies de développement de l'Afrique à travers l'appropriation des NTIC et le partenariat afro-asiatique.
Parmi les activités appuyées par le Projet " TICAD IT Initiative " figure la mise en place au Bénin d'un Centre Electronique d'Informations Commerciales entre l'Afrique et l'Asie. Ce centre sera doté d'un serveur web, de bases de données et d'une cellule minimale qui aura pour rôle de l'animer. Il aura pour mission de favoriser entre autre la publication des opportunités d'affaires au niveau régional, les échanges commerciaux entre les opérateurs économiques régionaux, la promotion du partenariat entre le secteur privé de l'UMEOA et le secteur privé asiatique. Bref, il essayera de répondre aux nouveaux défis de l'ère de l'information. Les différentes facettes des NTIC en matière de politiques et de stratégies à adopter furent explorées durant les quatre jours que durait la conférence.

Pour plus de détail, lire le FOCUS



FOCUS :


Atelier TICAD de Cotonou : quelles politiques et stratégies des NTIC entre l'Afrique et l'Asie ?


Pendant quatre jours s'est déroulé à Cotonou l'atelier régional Tokyo International Conference on African Development (TICAD) qui a regroupé 51 participants, 13 personnes ressources, 38 décideurs politiques en provenance de l'Afrique et de l'Asie.
La conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD) est une initiative du gouvernement japonais en collaboration avec d'autres organisations partenaires dont le PNUD, UN-OSCAL, la Banque mondiale et la Coalition Globale pour l'Afrique entamée en 1993 dans le but de rendre l'Afrique plus compétitive à l'heure de la mondialisation et de la globalisation. Ainsi, sa mission est de favoriser le développement de l'Afrique à travers un partenariat plus franc, qui implique les secteurs privés de l'Afrique et de l'Asie. Le TICAD a entre autres volets, la promotion des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Et c'est ce volet qu'a embrassé l'atelier de Cotonou avec pour objectifs d'abord de faire partager aux participants des pays africains les expériences asiatiques de partenariat public-privé; ensuite d'établir des politiques et stratégies des NTIC pouvant favoriser le développement de l'Afrique et des échanges afro-asiatiques.
Les différents travaux au cours de cet atelier se sont déroulés autour de cinq grands titres, à savoir :

1- Politiques et stratégies NTIC : les principaux enjeux de la gouvernance électronique.
Ce titre a permis aux participants d'étudier les atouts pour la formulation et la mise en œuvre des stratégies IT pour un partenariat public-privé, de même que les possibilités d'utilisation des NTIC en appui aux services publics et comment renforcer les capacités pour une meilleure gouvernance électronique.

2- Politiques et stratégies IT, Cadres Institutionnels
Ce deuxième titre a meublé la deuxième journée de l'atelier avec la présentation par pays des stratégies de mobilisation de partenariats en appui aux politiques nationales NTIC.

3- Politiques et stratégies NTIC, implications et opportunités pour le secteur privé
Il a été notamment question à ce niveau de savoir la vision et les perspectives du PNUD pour la promotion de l'entreuprenariat ainsi que le renforcement des capacités du secteur privé par les Nouvelles Technologies. Certains pays africains ont présenté leurs expériences en matière d'implication des TIc dans la promotion de la croissance économique.

4- NTIC et renforcement des capacités

Ce titre à soulevé la question de l'implication des NTIC dans les systèmes d'éducation et leur place dans le renforcement des capacités en Afrique afin de mieux rentabiliser le commerce et les investissement entre l'Afrique et l'Asie. De même, les NTIC doivent constitués aujourd'hui un moyen de développement communautaire.

5- Coopération Afrique-Asie dans les NTIC, enseignements et opportunités

Notons que c'est dans le souci de faciliter la mise en application des différentes conclusions de l'atelier de Cotonou qu'il est initié la mise en place d'un centre électronique d'informations commerciales entre l'Afrique et l'Asie qui servira de plate-forme d'échanges entre les opérateurs économiques africains et asiatiques qu'ils soient du secteur privé ou du public.

Pour de plus amples informations :
http://www.ticad.gouv.bj



TRUCS ET ASTUCES :

- Contrôlez un PC à distance

Qu'il s'agisse de faire de la télémaintenance ou d'utiliser les ressources d'un poste distant, prendre le contrôle d'une machine au travers de son propre ordinateur permet de gagner un temps précieux lorsque l'on est en déplacement.

Non, il ne s'agit pas de pirater le PC de votre voisin, même si Virtual Network Computing (VNC) est un logiciel qui permet de prendre le contrôle d'un ordinateur à distance.
Constitué d'une partie Serveur et d'une partie Client, VNC est entièrement gratuit. Reposant sur une licence GPL, vous pouvez parfaitement utiliser et distribuer librement le logiciel.
Bien qu'en langue anglaise, il reste accessible à tous dans ses fonctionnalités de base, et constitue l'outil idéal pour effectuer de la télémaintenance sur un parc hétérogène. Multiplate-forme, VNC vous permettra d'expérimenter toutes les combinaisons entre Windows, Mac, Windows CE, Linux et Solaris. En effet, rien ne vous empêche de diriger un PC sous Linux depuis un Mac et vice-versa. Depuis peu, un viewer en Java est également disponible, ce qui permet de lancer l'application depuis n'importe quel environnement supportant une machine virtuelle ouvrant encore plus les possibilités.

Nous nous limiterons dans notre exemple, à la prise de contrôle d'un PC sous Windows à partir d'un autre PC sous le système de Microsoft.
Sous les autres environnements, les étapes sont identiques, seuls divergent sensiblement les moyens de les parcourir.

Source : www.pcastuces.com


AFRIQUE :

- Les pays africains les plus " branchés " aux NTIC

Afin de connaître le pays le plus branché d'Afrique aux nouvelles technologies, AITEC (African Information Technologies Exhibitions & Conferences) a retenu sept critères à savoir les taux d'équipements des différents pays en ordinateurs, téléphones mobiles, téléphones fixes, télécopies, postes de télévision et de radio. AITEC a enfin tenu compte du nombre d'abonnement auprès des fournisseurs d'accès.
Sur la base de ses critères l'Afrique du sud vient incontestablement en tête avec pour 1000 habitants 38 ordinateurs, 23 téléphones mobiles, 100 téléphones filaires, 109 postes de télévision, 316 postes de radio et 109 abonnements à l'internet. Vient ensuite l'Ile Maurice avec 32 ordinateurs pour 1000 Mauriciens, soit 5 fois plus q'en Egypte, 10 fois plus qu'en Algérie. Parmi les autres pays bien placés dans ce palmarès, figurent l'Egypte, la Namibie, le Botswana et la Tunisie. Le Nigeria, bien q'étant un géant du continent reste un nain dans le domaine du high tech, avec seulement 4 ordinateurs pour 1000 habitants et moins d'un abonnement pour 1000 personnes. Mais, quelle est la place du Bénin dans ce classement, étant donné qu'il est l'un des premiers pays africains à s'être connecté à l'Internet ?
Plus d'informations http://www.aitecafrica.com/


- Concours Internet au Sud 2002

Dans le cadre de son programme de développement économique, Ethnik.org, association loi 1901 créée en février 2000 lance son Prix Internet Sud 2002.

Le Prix Internet Sud a pour ambition de récompenser un projet technologique qui favorise le développement économique et social des communautéslocales. Ouvert aux associations, entreprises ou particuliers en Afrique francophone. Ethnik.org et ses partenaires offriront au vainqueur :

- une assistance technique pour assurer son déploiement durant les 12 premiers mois ;
- une promotion relayée par le premier média africain francophone: RFI ;
- une mission à Paris/France dans un an pour présentation des résultats concrets de l'opération Internet Sud auprès de ses partenaires

Plus d'information sur http://www.ethnik.org

is2002@ethnik.org


Lisez L'ARAIGNEE, le premier cyberjournal béninois WWW.LARAIGNEE.ORG

Réagissez sur Orita en vous abonnant gratuitement à la liste NTIBEN
(envoyez un message ntiben-suscribe@oridev.org ou contactez la rédaction)

Pour s'abonner écrire à orita-subscribe@oridev.org
Envoyez-nous vos informations à pis@oridev.org
Si vous souhaitez devenir notre correspondant sur une région du Bénin, écrivez-nous.

Equipe de réalisation :
Ken LOHENTO
Roméo GBAGUIDI
Barnabé AFFOUGNON
Sébastien FOSSEPREZ (Stagiaire)
Julien HOUNGNON (Collaborateur extérieur)

-------------------------------------------------------------------------------------
© ORIDEV-ONG
Reproduction partielle ou totale autorisée avec mention de la source.

Haut de page