ORIT@
Bulletin électronique mensuel d'information sur l'évolution des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) au Bénin

Numéro 16

EDITORIAL : Gloire et disgrâce de la messagerie écrite SMS

ACTUALITES
- Bientôt un annuaire électronique pour les ONG au Bénin
- Installation d'une liaison Internet VSAT à la Place du Québec Cotonou
- Mise en place d'un centre de communication associatif pour les artistes béninois
- Bientôt un émetteur TV pour MALANVILLE (Nord-Bénin)
- Télécoms : des Américains à Cotonou

INFOS BREVES
- Formation de formateurs en NTIC au Campus d'Abomey Calavi
- Inauguration à Cotonou de la deuxième maison de TV5 en Afrique
- Accès gratuit à Internet au village de la Francophonie
- Formation des femmes journalistes par l'Internet sur le Sida
- Forum par vidéoconférence au CED sur le thème : "Santé et Jeunesse"
- Le personnel du Ministère des Mines à l'école des NTIC

FOCUS : "L'INTERNET, ENJEUX, OPPORTUNITES ET TPERSPECTIVES"

ECHOS DU WEB BENINOIS
www.ibidoun.de : un portail béninois de grande facture

AFRIQUE ET MONDE
- Edition d'un CD-ROM sur l'Internet et le développement par le Réseau ANAIS
- Sommet mondial de la Société de l'Information

TRUCS ET ASTUCES : Hébergement de pages web personnelles à 5000 F CFA par an !


EDITORIAL : Gloire et disgrâce de la messagerie écrite SMS

L'une des applications du GSM les plus prisées ces derniers temps par les abonnés du téléphone portable au Bénin est sans doute la messagerie écrite SMS (Short Message Service). Son coût presque gratuit pour l’heure (forfait de 1000 F CFA pour des envois illimités.

depuis plusieurs mois sur Télécel et Libercom) et son utilité l'ont fait adopter par le public. Il est toutefois aussi bien utilisé à des fins saines que malsaines.

La messagerie écrite SMS sert, en dehors de la communication d'affaires, à l'entretien et à la consolidation des relations saines entres abonnés. Ainsi, elle sert à communiquer des informations brèves, à fixer des rendez-vous, à véhiculer des messages de morale, des pensées d'auteurs, des histoires drôles pour déstresser, etc. Elle contribue même à la naissance de relations amoureuses et à la publicité commerciale! Quoi de plus appréciable si les NTIC rapprochent les Hommes ?

Toute médaille ayant son revers, il est des usages de cette messagerie très tôt dénoncés par la presse : il s'agit de son utilisation à des fins de convoitise de femmes et d'hommes mariés, ce qui mène au pire des cas à la rupture. Cette messagerie est également utilisée à des fins de tricherie dans les collèges et universités où les réponses aux questions, les formules sont communiquées de portable à portable dans les salles d'examen. Il est également à souligner l'agacement provoqué par les réceptions intempestives de messages écrits. C’est le cas notamment de la publicité commerciale non sollicitée. Certains hommes d’affaires ont pris l’habitude d’envoyer de la publicité sur leurs produits à des numéros qu’ils composent à tout hasard. Pareillement, même quand l’émetteur est l’une de vos connaissances, la réception intempestive de messages, qu’ils soient des poèmes ou versets bibliques ou divers propos de sagesse peut extrêmement agacer. Il y en a même qui s’amusent à vous transmettre des grossièretés ! Le point d’orgue a été atteint lorsqu’un message a circulé sur tous les réseaux il y a quelques jours, annonçant l’infection des portables par un virus. Ce message indiquait que tous les portables allumés le vendredi 08 juin seraient détruits par un virus baptisé «Allo loves you» par certains messages et «I love you» par d’autres ! Ces noms rappelaient bien évidemment le virus meurtrier «I love you» qui avait, il y a quelques temps, causé des ravages sur le plan international. La rumeur s’était propagée sur toute l’étendue du territoire et avait été prise au sérieux à tel point que les directions des réseaux Libercom et Télécel ont dû intervenir par les médias pour la démentir. Malgré ces démentis, bien de gens n’ont pas allumé leur portable ce jour là!

Ces mauvais usages de la messagerie écrite du portable doivent appeler des réactions. L’on ne devrait plus hésiter à se plaindre au minimum à l’opérateur d’un réseau lorsque l’un de ses abonnés récidivistes se livrerait à de telles pratiques. Ne devrait-il pas également exister un moyen de filtrer ses messages en bannissant les numéros indésirables comme avec les logiciels de courrier électronique ?
Enfin, ces pratiques risquent à très court terme d’élever le coût du SMS. Dans d’autres pays (cas de la France avec les prépayés), pour utiliser le SMS, il faut d’abord créditer son compte SMS, procédure qui réduit votre crédit global de communication. Et chaque fois que vous créditez votre compte, vous n’avez droit qu’à l’envoie d’un nombre limité de messages. L’adoption de pareils systèmes serait toutefois déplorable au Bénin où le coût de la communication mobile est hors de prix (entre 250 F, 300 F et 400 F par minute de communication en heures pleines). Il faut donc en appeler à une autorégulation de la messagerie écrite par les abonnés eux-mêmes.
Enfin, notons que ces usages offrent des pistes d’études et de réflexion sur les utilisations du portable et son impact sur la société.
Avis aux sociologues !
Ken LOHENTO et Tibaut HOUZANME

oridev@oridev.org


ACTUALITES

- Bientôt un annuaire électronique pour les ONG au Bénin
Lancé le 30 mai 2001 au Ministère Chargé des relations avec les Institutions par le Centre d'Informations Régionales pour le Développement (CIRD), le projet d'élaboration d'un annuaire électronique des Ong au Bénin permettra de disposer d'informations sur toutes les associations et ONG de tous les secteurs d'activité au Bénin. Cet annuaire facilitera la promotion de ces organisations impliquées dans le processus de développement en les rendant plus visibles, en facilitant les échanges d'informations entre les ONG elles-mêmes et leurs partenaires. A terme, ce projet permettra de réaliser un même produit sur support CD-ROM, un site Internet et un document sur support papier qui donnera une vue précise du potentiel associatif béninois. Le recensement se fera trois mois durant par soixante dix enquêteurs qui parcouront tout le Bénin. Les répertoires précédant élaborés par d'autres institutions serviront de référence. Les structures recensées devront répondre entre autres, aux critères d'enregistrement au Ministère de l'Intérieur et d'opérationnalité sur le terrain. Le projet connaît la participation financière du PNUD dans le cadre de son programme de renforcement des activités de la société pour un développement humain durable.

- Installation d'une liaison Internet VSAT à la Place du Québec Cotonou
Le 14 juin 2001 a été inauguré, dans le cadre de la troisième Conférence ministérielle de la Francophonie qui se tient à Cotonou, la liaison permanente par satellite du cybercentre de la Place du Québec. Cette inauguration a été faite par Mme Diane Lemieux, Ministre d'Etat à la Culture et aux communications, de la langue française et de l'autoroute de l'information du Québec, de M. Boutros Boutros Gali, Secrétaire Général de l'Organisation Internationale de la Francophonie, de tous les ministres francophones présents à la Conférence, de Gaston Zossou, Ministre de la Communication et des technologies nouvelles du Bénin et d'autres officiels béninois. Financée par le Gouvernement du Québec à plus de 30 millions de francs CFA, cette liaison assure une connexion permanente par VSAT au cybercentre de la Place du Québec. Fonctionnel depuis plus d'un an, ce cybercentre dispose actuellement de 19 postes d'accès sur la trentaine prévue, avec un débit de connexion de 1 Mo à la descente et 77Kbps à la montée. Ce débit passe pour le deuxième plus rapide au Bénin après celui du Centre d'éducation à distance (CED-Bénin).

Informations : fonda@intnet.bj

- Mise en place d'un centre de communication associatif pour les artistes béninois
Créée dans le cadre du projet "boîte à rythmes" vodun pour la conservation et la promotion du patrimoine artistique du Bénin, l'association AZIZART permettra à la communauté culturelle béninoise de profiter des potentialités offertes par les nouveaux médias. A partir de septembre 2001, Azizart développera une interface de communication entre les artistes béninois et le monde via son site internet (www.azizart.org). Les adhérents de l'association pourront également disposer des prestations suivantes : initiation à internet, création d'adresses e-mail, réalisation de pages hébergées sur le site de l'association, réalisation de dossier de presse, mise en relation avec des institutions culturelles. Les membres d'azizart invitent les artistes à une réunion de présentation le 27 juin à Cotonou au siège de l'Atelier Nomade.

Renseignements :
- azizart : Michée Boko, (229) 05 85 85
- projet "boîte à rythmes vodun" : cosmonote@voila.fr ;
www.cosmonote.org/vodun

- Bientôt un émetteur TV pour MALANVILLE (Nord-Bénin)
Le 14 mai dernier, une délégation de l'Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB) a été dépêchée dans la sous-préfecture de Malanville (département du Borgou) en vue de l'implantation dans les mois à venir d'un émetteur ou réémetteur TV pour satisfaire les besoins en couverture télévisuelle et radiophonique des populations de cette localité. L'émetteur ou le réémetteur, en conteneur et télécommandable, pourra se déclencher automatiquement à l'apparition du signal vidéo. Cet important investissement est pris en compte par le Programme d'investissement public de l'année 2001 (PIP 2001).

- Télécoms : des Américains à Cotonou
Selon le magazine Jeune Afrique-L'Intelligent du 29 Mai au 6 juin 2001, "Le Bénin vient de confier la modernisation de ses infrastructures de télécommunications à Titan Corporation, l'un des principaux fournisseurs mondiaux de technologies de pointe et de systèmes de communication par satellite, dont le siège est à San Diego (Californie). Ce programme, qui porte sur l'acquisition et l'installation d'un système GSM (téléphone cellulaire), d'un réseau de fibre optique et d'un sous-système de communication numérique, est la plus grosse opération de télécommunication réalisée à ce jour dans l'Union monétaire ouest-africaine (Uemoa.) Son cout: 30 milliards de F CFA. Le financement est assuré à hauteur de 25 milliards de F CFA par deux banques locales (la Banque de l'Ouest africain et Ecobank), le solde étant avancé par la Banque ouest-africaine de devéloppement (Boad).

(Extrait du site de Africatime : www.africatime.com)


INFO BREVES

- Formation de formateurs en NTIC au Campus d'Abomey Calavi Depuis le lundi 11 juin 2001, une vingtaine de stagiaires universitaires venus du Bénin, du Togo, de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso et du Niger suivent au Campus numérique d'Abomey Calavi, une formation des formateurs en création et administration de pages web. Initiée par l'Agence intergouvernementale de la Francophonie, cette formation permettra aux bénéficiaires de mettre les connaissances acquises en HTML, en graphisme au service de la structuration de l'information scientifique et technique sur le web. Signalons que les stagiaires qui participent à cette formation qui durera jusqu'au 16 juin 2001, ont été sélectionnés sur concours et relèvent d'origines professionnels différents.

www.bj.refer.org

- Inauguration à Cotonou de la deuxième maison de TV5 en Afrique
Le mercredi 13 juin 2001, la Commission Nationale Permanente de la Francophonie a servi de cadre à l'inauguration de la Maison de TV5 qu'elle héberge. La cérémonie s'est déroulée en présence de Marie- Christine Saragosse, directrice générale de TV5 et de Denise Epoté- Durand, directrice de TV5 Afrique, ainsi que des Ministres béninois de la Communication et des Technologies Nouvelles et de la Culture, etc. Deuxième du genre en Afrique après celle de Ouagadougou au Burkina-Faso, cette maison est un local meublé et équipé d'un grand poste téléviseur à l'aide duquel les jeunes pourront suivre les émissions de TV5, une chaîne qui offre beaucoup de programmes sur et vers l'Afrique.

- Accès gratuit à Internet au village de la Francophonie
Au nombre des manifestations ayant lieu du 11 au 17 juin 2001 dans le cadre de la troisième Conférence ministérielle de la Francophonie, on note la mise à disposition d'un point d'accès à Internet. Installé au village de la Francophonie qui vient d'être inauguré au Centre de Promotion de l'Artisanat de Cotonou, l'accès à Internet y est gratuit pour la durée de la Conférence. Des conférences-débat ont également lieu sur plusieurs thèmes dont " les nouvelles technologies de l'information et l'identité culturelle " animé le mercredi 13 juin 2001 par MM. Pierre Dandjinou et Thierry Amoussougbo.

- Formation des femmes journalistes par l'Internet sur le Sida
Du 11 au 15 juin 2001 se tient, à l'endroit des femmes des médias, une formation par Internet sur le reportage sur le sida. Organisée par le Centre Africain des Femmes, cette formation vise à renforcer les connaissances des participantes sur les questions relatives au VIH/Sida et à leur fournir plus d'arguments pour sensibiliser les populations aussi bien par les journaux, les radios que les télévisions. Dans le cadre de la lutte contre cette pandémie, les femmes journalistes recevront des conseils pratiques pour un bon reportage sur le sida et s'informeront davantage sur la maladie.

- Forum par vidéoconférence au CED sur le thème : "Santé et Jeunesse"
Le 24 mai 2001, le Centre d'éducation à distance a hébergé un forum sur le thème "Santé et Jeunesse". Regroupant par vidéoconférence des jeunes du Bénin, du Ghana, de l'Ouganda et des Etats Unis, ce forum a permis de débattre, entre autres thèmes, du rôle de la jeunesse dans la prévention du VIH. Ouvert par M. Sidi Boubacar, Président du groupe thématique ONU-SIDA au Bénin, ce forum a été organisé par L'African Futures Forum, le Conseil Américain des Femmes Noires, l'Université de Howard et la Banque Mondiale. Il illustre l'utilité des NTIC pour débattre des problèmes trans-frontières dont le SIDA.

- Le personnel du Ministère des Mines à l'école des NTIC
Le lundi 28 mai 2001, un séminaire de formation d'une vingtaine de cadres du Ministère de l'Energie, des Mines et de l'Hydraulique a démarré. Programmé sur treize jours, cet séminaire a pour objectif principal de permettre au personnel du MEMH de se familiariser aux Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) et d'améliorer leur connaissance du développement des activités dudit ministère. Cette formation permettra également aux participants de transmettre les nouvelles connaissances acquises à leur collègues.


FOCUS : "L'INTERNET, ENJEUX, OPPORTUNITES ET PERSPECTIVES"
(Message de Yoshio Utsumi, Secrétaire Général de l'Union Internationale des télécommunications, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale des télécommunications)

"Chaque année le 17 mai, l'UIT célèbre la Journée mondiale des télécommunications pour commémorer sa fondation à Paris en 1865. Cette année, le thème retenu met l'accent sur les promesses et les défis liés à l'Internet.

L'Internet a non seulement transformé notre manière de communiquer mais il a également modifié fondamentalement notre manière de travailler, de faire des affaires, d'établir des relations, de jouer, de demander des informations et d'apprendre. Vous le pensez vous aussi? Mais pensez-y à nouveau. En fait les utilisateurs d'Internet ne représentent que 5% de la population mondiale. 85% d'entre eux vivent dans les pays développés où se situent également 90% des serveurs Internet. On a donc là bel et bien un problème.

Que peut faire Internet pour les régions du monde qui n'ont qu'un accès limité aux technologies de l'information et de la communication? Lorsque les moyens disponibles sont déjà utilisés au maximum, comment justifier des investissements dans l'Internet ?

Ce que promet l'Internet c'est d'élargir et de renforcer l'accès à l'information grâce à un service accessible partout dans le monde là où il y a connectivité. L'Internet donne le moyen de réduire les désavantages dont souffre traditionnellement le monde en développement. Il peut offrir aux entreprises la possibilité de faire un bond en avant qui leur permette de monter dans le train du développement et ce, en leur permettant de vendre leurs produits et leurs services à l'échelle mondiale et directement aux clients. Des désavantages tels que l'éloignement des marchés, la difficulté d'accéder aux réseaux de distributions, d'exportation pourraient être relégués au plan des mauvais souvenirs. L'Internet donne également l'espoir que des services de base tels que les soins de santé et l'enseignement pourront être fournis plus efficacement si les intéressés peuvent suivre des conférences d'experts et participer à des échanges de connaissances sans avoir à bouger de leur foyer ni de leur communauté.

Pour ce faire, les décideurs, les entreprises et même les usagers devront trouver le moyen de relever un certain nombre de défis.

Le tout premier consiste à étendre l'accès à l'Internet et ce pour un prix raisonnable. De nos jours, la cherté du service dans de nombreux pays reste l'un des principaux obstacles à la diffusion de l'Internet qui vient s'ajouter à la pénurie des lignes téléphoniques.

Pour réduire ce coût, les décideurs ont besoin de savoir quel prix fixer à la largeur de bande afin de stimuler le décollage de l'Internet et comment assurer un déploiement rentable de l'infrastructure et doivent déterminer quelles sont les technologies les plus propices à l'expansion du réseau. Il faut adopter des mesures législatives ou réglementaires ainsi que des politiques de prix adaptées afin que tous les segments de la société puissent accéder à l'Internet. On peut dans ce souci procurer un accès économique aux écoles, aux universités, aux bibliothèques, aux télécentres polycommunautaires polyvalents ou aux institutions de service public afin d'inciter à utiliser plus largement l'Internet afin de "connecter" les communautés rurales.

Des programmes doivent être mis au point qui permettent de renforcer les compétences technologiques et Informatiques des jeunes de manière à bâtir dès le plus Jeune âge la culture Internet. Tout doit être fait pour sensibiliser l'ensemble de la société et plus particulièrement les petites et moyennes entreprises aux avantages de l'accès en ligne à l'information, aux biens et aux services. Ce ne sont là que quelques-uns des défis que pose la popularité croissante de l'Internet mais peut-être le problème le plus fondamental sera-t- il de veiller à ce que l'Internet ne devienne pas un autre facteur d'approfondissement de la "fracture numérique". C'est là un des principaux problèmes auquel la communauté mondiale doit faire face de nos Jours.

Faire en sorte que ce numérique qui divise devienne un numérique qui produise, est une des tâches centrales de l'UIT. Certes, celle-ci ne peut à elle seule combler ce fossé mais nous pouvons jouer un rôle de premier plan pour informer toutes les parties intéressées et tous les partenaires potentiels dans le but d'aller de l'avant. Nous y sommes résolus et grâce aux mesures positives que prendront les gouvernements et les entreprises, nous y réussirons. L'Internet est comme une semence ; en suivant la bonne méthode, nous pouvons planter des écoles ayant accès à l'Internet, faire pousser des entreprises dotées du Web, fertiliser l'imagination du public et voir fleurir les bourgeons de l'innovation de sorte que les fruits salutaires des produits et des services puissent, en mûrissant, enrichir la vie de tous les citoyens."


ECHOS DE LA TOILE BENINOISE : UN PORTAIL DE GRANDE FACTURE SUR LE BENIN

Réalisé par IBIDOUN, une association de Béninois basée en Allemagne, le site portail de IBIDOUN (qui signifie "Cet endroit est agréable" en Yoruba, une langue ouest-africaine) présente en Anglais, Français et Allemand, des informations générales sur l’Afrique et particulièrement le Bénin. La politique, la royauté, la culture africaines, etc. sont au menu des informations sur l’Afrique. En ce qui concerne le Bénin, les thématiques suivantes ont été couvertes : Télévision - Géographie - Histoire - Démographie - Politique - Radio - Réligions - Langues - Tourisme - Météorologie - Economie - Vodou, etc. Une carte géographique du Bénin et des bannières publicitaires montrant des sites touristiques et des valeurs culturelles béninoises, telle que le "Egoun" sont présentés. Un espace de discussions par Chat et un forum sont aussi mis en oeuvre. Le graphisme agréable de ce site, la richesse des informations et leur très bonne organisation en font un site portail d’une grande valeur. De plus, la belle part faite au Bénin (environ 13 pages sur le Bénin contre 3 sur l’Afrique) sur ce site qui a pour = ambition, le «développement de la conscience, s'adressant à toutes les races, religions et couches sociales[...] flatte l’orgueil national et trahit un sursaut patriotique. Pour ses créateurs, IBIDOUN «est à considérer comme un forum pour des personnes ayant une vision profonde des choses, et étant prêtes à percevoir une vérité pleine d'amertumes». Cette strucure a à sa tête M. Henri Odjo, fondateur de l'association et webmaster du site.

www.ibidoun.de (Contact : webmaster@ibidoun.de)


AFRIQUE

- Edition d'un CD-ROM sur l'Internet et le développement par le Réseau ANAIS

La première édition du CD-Rom Internet "les passerelles du développement" réalisé par le réseau ANAIS est sortie! Ce CD-Rom, produit par les acteurs de la société civile, s'inscrit dans la dynamique de la Rencontre Internationale de Bamako 2000 organisée par le réseau en février de l'année dernière. Il a pour vocation d'aider les acteurs du développement à s'approprier les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) pour créer leurs propres usages et fournir aux chercheurs une documentation de qualité sur ces technologies et leurs enjeux. En effet, de nombreux acteurs - au Sud et au Nord - souhaitent mieux connaître les Technologies de l'information et de la communication (TIC), créer des contenus originaux, construire et animer de nouveaux réseaux d'échanges afin de renforcer leurs pratiques du développement. A quoi servent les TIC pour le développement, notamment dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'environnement, des droits de l'Homme, de l'économie solidaire, de la décentralisation ? Qui est a l'origine de ces expériences et quelles en sont les premières leçons que l'on peut partager ? Quels sont les enjeux de l'appropriation sociale des TIC dans les différentes sociétés du Sud et du Nord ? Quels sont les textes fondateurs sur lesquels se construit la société de l'information ? Où trouver les partenaires techniques, méthodologiques et financiers pour construire de nouveaux projets ? Comment articuler les réseaux électroniques avec les réseaux humains culturellement divers et dynamiques ?
Le réseau ANAIS propose une contribution à ces questions dans ce CD- Rom a travers les quatre rubriques suivantes :
- Découvrir les usages : 150 présentations d'applications des TIC au service du développement
- Comprendre les enjeux : 250 articles, études et documents de référence de la société de l'information
- Connaître les acteurs : 100 associations, réseaux, bailleurs de fonds et organismes de coordination pour étendre son réseau de partenaires
- Trouver des outils : méthodologies, logithèque, lexique et boite à liens

Les contenus de ce CDROM ont été notamment collectés ou produits par la société civile africaine et béninoise (ORIDEV en particulier).
Pour en avoir un exemplaire, écrire a anais@fdd.org (dans la limite des stocks disponibles) ou joindre ORIDEV. Un stock très limité est réservé aux acteurs de la société civile.
Le réseau ANAIS est un réseau Afrique Europe ayant pour vocation de promouvoir le développement par les TIC.
ANAIS : www.anais.org
Bamako 2000 : www. bamako2000.org

- Organisation du prochain Sommet Mondial sur la Société de l'Information
L'Union Internationale des Télécommunications a anonncé le 8 juin dernier dans un communiqué de presse, la tenue prochaine du Sommet Mondial de la Société de l'Information à Genève en 2003. Ce sommet se déroulera en deux phases. La première phase se tiendra à Genève en décembre 2003 et sera hébergée par le Gouvernement Suisse. Elle traitera de toutes les thématiques liées à la Société de l'Information et adoptera une Déclaration de Principes ainsi qu'un Plan d'Action dans cette même perspective. Tous les problèmes relatifs à la Société de l'Information seront également débattus. La seconde phase du Sommet aura lieu à Tunis en 2005 sous le parrainage du Gouvernement tunisien. Les thèmes relatifs au développement constitueront la préoccupation majeure de cette rencontre. Il sera fait le bilan du parcours dans ce domaine et un nouveau Plan d'Action sera adopté au besoin.

Pour plus d'informations http://www.itu.int/newsroom/press/releases/2001/12.html


TRUCS ET ASTUCES

- Hébergement de pages web personnelles à 5000 F CFA par an !

(D'après un article de Estelle DUMOUT : estelle_dumout@znet.fr)
Ouvaton.com, une "coopérative d'hébergement autogérée", ouverte depuis le 8 avril 2001, héberge des pages web pour 50FF, soit 5000F CFA par an. Cet hébergement est guidé par un concept simple : la tranquillité de l'hébergé-hébergeur. "Nous nous sommes alors dit que ce serait bien qu'il y ait un moyen d'héberger des sites personnels sans publicités imposées et sans que les données personnelles des clients soient exploitées à des fins marketing", explique Alexis Braud, un des trois fondateurs d'Ouvaton.com. "En clair, une possibilité d'être hébergé tranquille."
Pour le moment, Ouvaton propose un service minimum, de l'hébergement en sous domaine ", explique Alexis Braud. "Les adhérents [à la coopérative, NDLR] bénéficient de 20 Mo d'espace disque, d'un nombre illimité d'adresses e-mail et de listes et 500 Mo de trafic mensuel, le tout pour 50 F par an." Dans les mois à venir, Ouvaton compte compléter sa gamme de services, notamment en offrant plus de ressources réseaux et l'hébergement sous noms de domaine collectifs ou privés.

Pour réunir les 125 000 F nécessaires à la création de la coopérative, l'association "Ouvaton les amis" (créée en août 2000) a obtenu la participation d'entreprises qui, elles aussi fonctionnent sur un tel mode, dont Insite (web agency : www.insite.fr), Cosei (services BtoB : www.cosei.com), Gandi.net (www.grandi.net). Le centre d'enregistrement créé par Valentin Lacambre et Laurent Chemla (entre autres) s'est également joint à l'aventure. www.ouvaton.com

 


Equipe de réalisation :

Ken LOHENTO
Tibaut HOUZANME
Roméo GBAGUIDI (Stagiaire)

ORIT@ est édité par le programme Information-Sensibilisation de ORIDEV, mail : pis@oridev.org
Contact ORIDEV : Carré 38 Sikècodji, rue opposée à MAFRI, à côté de l'école primaire Sikè-Sud,
03 B.P. 4301 COTONOU (Bénin) , Tél. 94 02 20 ; Fax : 30 52 71 mail : oridev@oridev.org

© 2001 ORIDEV-ONG Reproduction partielle ou totale autorisée avec mention de la source

VEUILLEZ VOUS ABONNER AU BULLETIN ORIFLASH POUR OBTENIR DES INFOS FLASH/URGENTES SUR L'ACTUALITE ET LES OFFRES NTIC.
Envoyer un message blanc à : bulletin_oriflash-subscribe@egroups.fr
Pour vous désabonner de ORIT@, écrivez à revue_orita-unsubscribe@egroups.com dans le sujet mettez "unsubscribe".

Pour vous abonner, écrivez à revue_orita-subscribe@egroups.com et dans le sujet, mettez "subscribe".

Haut de page